Ostéopathie et diabète : la douleur neuropathique

Ostéopathie et diabète : la douleur neuropathique

Le diabète est un véritable problème de santé publique. En 2014, 9% de la population adulte (18 ans et plus) était diabétique. En 2012, le diabète a été la cause directe de 1,5 million de décès1
On peut classer le diabète en
diabète de type I ou insulinodépendant survenant chez le sujet de moins de 35 ans dans la plupart des cas et le diabète de type II ou non insulinodépendant, découvert plutôt à partir de 40 ans.

Parmi les complications chroniques chez les patients atteints de diabète, aussi bien de type 1 que de type 2, nous retrouvons la neuropathie diabétique qui est classiquement la plus précoce des douleurs. Elle est extrêmement fréquente.

L’IASP (International Association for the Study of Pain) définit la douleur neuropathique comme « Une douleur initiée par une lésion ou une dysfonction du tissu nerveux. Elle est causée par des dysfonctions neurologiques centrales ou périphériques. Le mécanisme peut-être la compression, l’infiltration, l’ischémie, la carence métabolique ou une combinaison des mécanismes précédents. »2

La neuropathie diabétique peut atteindre le système digestif (constipation/diarrhée/ reflux gastro-oesophagien – hypotension orthostatique), ou urinaire3 (difficulté à uriner). Cependant, elle touchera préférentiellement un ou plusieurs nerfs à destination des membres inférieurs (et/ou supérieurs dans une moindre mesure)4. Cela se traduira par des douleur aux pieds (et/ou mains), particulièrement des sensations de brûlure, de chocs électriques douloureux, mais aussi une extrême sensibilité de la peau, semblable à un coup de soleil douloureux ainsi qu’une faiblesse musculaire.

Cette pathologie présente également un rôle prépondérant dans la survenue d’une autre complication du diabète, le pied diabétique, due à la perte de sensation de douleur et aux forces de pression exercées toujours au même point5.

diabetes-776999

En complément du traitement de base qui sera indispensable (contrôle de la glycémie, activité sportive, arrêt du tabac) et afin de limiter la prise médicamenteuse (principalement des antidépresseurs et des neuroleptiques), un traitement manipulatif ostéopathique pourra être proposé et aura toute son importance afin d’améliorer la qualité de vie de ces patients, déjà fortement altérée en raison de leur diabète.

Par des techniques à énergie musculaire, des techniques articulaires ou encore fonctionnelles, il sera possible de diminuer l’intensité des douleurs de manière significative grâce à une amélioration de la vascularisation des nerfs conduisant à une amélioration de la conduction nerveuse d’où la réduction des symptômes. Via des techniques de pompage, nous pouvons également décrire une amélioration des plans de glissement au sein du nerf qui tendrait à réduire l’ischémie au sein du nerf. Nous retrouvons le principe d’interrelation structure/fonction qui est à la base même du métier d’ostéopathe.

La compréhension et l’éducation du patient vis-à-vis de sa douleur sont primordiales, tout comme le fait de conseiller des exercices à faire pour pérenniser le traitement6. Toutes ces composantes nous permettent une prise en charge individualisée pour chaque patient.

Bibliographie :

1 World Health Organization. Global Health Estimates: Deaths by Cause, Age, Sex and Country, 2000-2012. Geneva, WHO, 2014.2 Merskey H, Bogduk N. Classification of chronic pain. Descriptions of chronic pain syndromes and definitions of pain terms. Prepared by the Task Force on Taxonomy of the International Association for the Study of Pain, 2nd ed. Seattle (VA): IASP Press; 1994.3 Apfel SC, Asbury AK, Bril V, Burns TM, Campbell JN, Chalk CH, Dyck PJ, Dyck PJ, Feldman EL, Fields HL, Grant IA, Griffin JW, Klein CJ, Lindblom U, Litchy WJ, Low PA, Melanson M, Mendell JR, Merren MD, O’Brien PC, Rendell M, Rizza RA, Service FJ, Thomas PK, Walk D, Wang AK, Wessel K, Windebank AJ, Ziegler D, Zochodne DW: Ad Hoc Panel on Endpoints for Diabetic Neuropathy Trials. Positive neuropathic sensory symptoms as endpoints in diabetic neuropathy trials. Journal of Neurology Science 2001;189:3–5.4 Kakrani AL, Gokhale VS, Vohra KV, Chaudhary N. Clinical and nerve conduction study correlation in patients of diabetic neuropathy. J Assoc Physicians India. 2014 Jan;62(1):24-75 Waaijman R1, de Haart M, Arts ML, Wever D, Verlouw AJ, Nollet F, Bus SA. Risk Factors for Plantar Foot Ulcer Recurrence in Neuropathic Diabetic Patients. Diabetes Care. 2014 Apr 6 GJ. Bennett. Neuropathic pain: new insights, new intervention. Hosp Pract (Off Ed). October 15, 1998; 33 (10): 95-98, 101-104, 107-110.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *